planete

Un impératif : protéger la planète et faire de Créteil un modèle de ville écologique

Créteil a toujours été une ville pionnière en matière d’écologie urbaine. Collectivement, nous voulons agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de l’air. Pour cela, nous voulons renforcer la place du végétal en ville, protéger la biodiversité, rénover thermiquement le parc bâti, garantir une énergie propre et verte, inciter aux transports collectifs, développer les circuits-courts économiques mais aussi alimentaires en augmentant par exemple la part des produits de qualité et bio dans les écoles.

Accentuer la place de la nature, du végétal et de l’eau en ville

  • Porter à 200 le nombre de jardins familiaux sur la ville et expérimenter l’agriculture urbaine en valorisant l’utilisation des toitures et des délaissés de terrain.
  • Protéger les écosystèmes et la biodiversité par des actions concrètes comme la réintroduction de ruches et d’abeilles, le développement de plantes à fleurs sauvages ou la gestion différenciée et sans traitement chimique des espaces verts et du patrimoine arboré.
  • Nommer un paysagiste en chef – écologue dans les services de la Ville.
  • Systématiser la récupération des eaux de pluie et des piscines pour l’arrosage des parcs communaux et massifs fleuris.
  • Rendre baignable la Marne dans le cadre de l’engagement métropolitain pour les jeux olympiques et désenvaser les bras de Marne.

Adopter un plan vélo ambitieux

  • Porter à 10 % la part modal du vélo à l’horizon 2030 en étendant les voies cyclables sur les parcours principaux, en augmentant les stationnements sécurisés à proximité des transports et services publics, et les aides à l’achat de vélos à assistance électrique en complément de celles de la Région Ile-de-France et de la Métropole du Grand Paris.
  • Reconsidérer le plan de circulation du Centre ancien, y généraliser les zones 30, créer des espaces de rencontres entre les usagers et favoriser une pratique sécurisée du vélo et de la marche.

Des bâtiments écologiques alimentés par une énergie propre et reliés par des transports collectifs et doux

  • Adopter un plan d’investissement pour la rénovation thermique des logements de Créteil Habitat et faire gagner aux résidents du pouvoir d’achat.
  • Etendre vers le CHIC et le nord de la ville le réseau de chauffage urbain en profitant du projet de modernisation de l’usine et du centre de valorisation énergétique VALO’Marne qui intègre la station de production d’hydrogène pour alimenter une flotte de véhicules propres.
  • Accompagner, en lien avec le département du Val-de-Marne, les ménages en situation de précarité énergétique.
  • Systématiser les labels « Haute Qualité Environnementale » dans les projets d’aménagement, les programmes de logements et la construction des équipements publics sur la ville.
  • Installer des bornes de recharges électriques dans l’ensemble des parkings publics de la ville.

Réutiliser, recycler, circuits-courts et restauration bio

  • Tendre vers le zéro déchet en capitalisant sur l’extension des consignes de tri et en sensibilisant toujours plus nos concitoyens aux éco-gestes.
  • Expérimenter un projet de ressourcerie dans une logique de réinsertion par l’activité économique mais aussi de réemploi des objets et vêtements à des prix accessibles.
  • Généraliser les composteurs et systèmes de tri pédagogiques dans les écoles et renforcer la lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • Expérimenter la collecte sélective des bio-déchets dans les écoles et chez les particuliers.
  • Dans les équipements publics et en particulier ceux fréquentés par les jeunes (médiathèques, conservatoires, piscines, équipements sportifs) remplacer tous les distributeurs de boissons et de friandises par des distributeurs de fruits locaux et d’aliments énergétiques et sains issus au maximum de l’agriculture bio et locale.
  • Doubler la part de produits bio dans tous les secteurs de restauration collective de la commune (petite enfance, scolaires, personnes âgées…) notamment en construisant une légumerie pour la cuisine centrale intercommunale.
  • Construire à l’échelle du territoire un Plan alimentaire nous permettant de développer les circuits courts, de favoriser une agriculture durable et biologique et de sensibiliser chacun à une alimentation saine.